Humanitarianresponse Logo

Mali : Résultats de l’analyse de la situation de l’insécurité alimentaire aiguë actuelle et projetée - Valable : du 18/03/2017 Au 31/08/2017

Résumé narratif des causes, du contexte et des principaux problèmes
La pluviométrie a été suffisante pour les besoins des cultures exceptés par endroits dans les régions de Kayes, Koulikoro, Mopti, Tombouctou et en grande partie dans les régions de Gao et de Ménaka. Les fortes pluies ont causé des inondations avec des pertes en vie humaines, matériels et des superficies de cultures notamment sur le riz dans la bande du fleuve Niger, et dans les bas-fonds au sud du pays.

La crue pendant la saison a été forte entrainant des pertes importantes sur les cultures de submersion libre le long du fleuve Niger et du Bani. Elle a été tout de même favorable au bon remplissage des lacs et mares de cultures de décrues et les frayères des poissons.

La situation phytosanitaire a surtout été marquée par les sauteriaux qui ont causé des dégâts moyens à importants au Sahel Occidental ; la cécidomyie qui a fortement affectée la production rizicole dans la région de Koulikoro ; les oiseaux granivores qui restent une menace pour la contre saison.

Les productions agricoles sont moyennes à bonnes dans l’ensemble excepté par endroits dans les régions de Kayes, de Koulikoro, de Ségou, de Mopti, de Tombouctou, et dans la totalité des régions de Gao, de Ménaka où elles sont mauvaises à cause du déficit pluviométrique ou des dégâts des déprédateurs pour les cultures pluviales et la forte crue pour le riz de submersion. Les résultats de l’EAC (Enquête Agricole de conjoncture) donnent une production de 8 489 551 tonnes (toutes céréales confondues) soit une augmentation de 10% par rapport à l’année dernière et 33% par rapport à la moyenne quinquennale. La production des cultures de rente est appréciée bonne à moyenne.
Ce niveau de production permet un bon approvisionnement des marchés pendant l’année alimentaire.

Le disponible fourrager est globalement moyen mais mauvais dans le Sahel Occidental et surtout dans le Gourma où on note un déficit important. En plus, la prolifération des feux de brousse notamment dans les régions de Kayes, Koulikoro, Tombouctou risque d’affecter ce disponible fourrager au niveau des différents parcours et l’insécurité limite encore l’accès à certains pâturages des zones exondées dans les régions de Ségou, Mopti, Tombouctou, Ménaka et Gao. Ainsi la situation pastorale est difficile dans le Gourma du cercle de Rharous où malgré le déficit on note de fortes concentrations de troupeaux.

 

Webspace(s): 
Organization(s): 
Permanent Interstate Committee for Drought Control in the Sahel
Famine Early Warning Systems Network
World Food Programme
Food and Agriculture Organization of the United Nations
Government of Mali - Système d'Alerte Précoce
Cluster(s)/Sector(s): 
Original Publication Date: 
18 Мар 2017
Document type: 
Analysis Report
Location(s): 
Mali
Theme(s): 
Humanitarian Assistance
Natural Disasters
Coordination hub(s): 
Bamako
Disaster(s)/Emergency: 
Sahel Crisis: 2011-2017