Humanitarianresponse Logo

Cameroun : Matrice de suivi du déplacement (DTM) dans l'Extrême-Nord, Round 12, déc. 2017

Subject/Objective: 

La Matrice de Suivi des Déplacements, (Displacement Tracking Matrix (DTM) en anglais), est un outil de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), qui permet de suivre et de surveiller les déplacements et la mobilité des populations. Elle collecte des informations à différents niveaux, les traite et les diffuse, afin de garantir aux acteurs humanitaires, aux gouvernements et autres acteurs intéressés, une meilleure compréhension des mouvements et de l’évolution des besoins des populations déplacées : les facteurs d’influence, les moyens et durées de déplacement, les intentions futures des migrants, leurs conditions de vie et encore bien d’autres éléments sont autant d’informations recherchées et récoltées auprès des populations déplacées elles-mêmes.
Ce rapport donne un aperçu de la situation dans la Région de l’Extrême-Nord du Cameroun, où l’insécurité liée aux violences de groupes extrémistes armés, et dans une moindre mesure les phénomènes climatiques ont donné lieu à d’importants mouvements de population. Les informations présentées dans ce rapport ont été recueillies auprès de personnes déplacées entre le 27 novembre et le 08 décembre 2017, avec l’accord et le soutien des autorités locales.

Methodology: 

La collecte des données de la DTM a été effectuée par 100 enumérateurs formés, équipés et déployés dans les 6 départements de la région de l’Extrême-Nord, à savoir le Mayo-Kani, le Mayo-Danay, le Diamaré, le Mayo-Tsanaga, le Mayo-Sava et le Logone-et-Chari. Sous la responsabilité directe de l’équipe DTM, les enumérateurs assurent des rôles bien précis de points focaux, chefs d’équipe ou énumérateurs, facilitant ainsi la coordination dans la collecte d’information.
Lors de cet exercice, 747 localités3 de la région ont été évaluées afin de mettre à jour les données et informations sur les déplacements. Un questionnaire a également été administré à un échantillon de 4 339 ménages, dont : 1 967 ménages déplacés internes, 705 ménages réfugiés vivant dans les communautés hôtes, et 1 667 ménages retournés. 140 sites spontanés ont été recensés lors de cet exercice.
Les enumérateurs sont formés sur la méthodologie de la DTM à Maroua. Ces formations sont assurées à intervalles réguliers afin de renforcer la capacité locale en collecte et gestion des données.
La collecte se fait à l’aide de tablettes adaptées pour faciliter la collecte et l’analyse des données, ainsi que pour optimiser la qualité des données auprès des informateurs clés. Plusieurs formulaires adaptés à chaque niveau spécifique d’information sont utilisés. Ainsi, des informations sont collectées au niveau départemental, au niveau des arrondissements, des villages, et enfin des ménages. Les formulaires sur tablettes sont formatés de telle sorte que les données soient cohérentes et complètes.
Quatre niveaux d’enquête sont réalisés par round :
1. Au niveau des départements, l’évaluation se fait par les points focaux qui travaillent auprès des préfets. C’est également à ce niveau que l’échantillon des ménages auprès desquels l’enquête sera menée est défini.
2. Au niveau des arrondissements, les chefs d’équipes collectent des données auprès des sous-préfets. C’est à ce niveau que les listes des villages sont mises à jour.
3. Au niveau des villages, les énumérateurs collectent des données auprès des chefs de village et des représentants des populations déplacées, et de toute autre personne susceptible de fournir des informations sur les déplacés.
4. Le quatrième et dernier outil de collecte est mis en œuvre au niveau des ménages, identifiés grâce à l’échantillon défini au niveau du département, en prenant en compte la liste des villages identifiés au niveau des arrondissements, et des ménages identifiés par le chef de village.
Les autorités traditionnelles et religieuses sont impliquées à chaque niveau et les résultats finaux sont validés par le Gouverneur de la région.

Key findings: 

La population déplacée est estimée à un total de 342 416 individus :
241 030 personnes déplacées internes, 31 656 réfugiés hors camp et 69 730 retournés.
747 villages ont été recensés, dont 4 nouveaux villages. 69 des villages évalués n’accueillent plus d’individus des populations cibles.
91% des populations déplacées le sont en raison du conflit armé qui a lieu dans la région.
9% des déplacements sont causés par des inondations et autres facteurs climatiques.
La population déplacée est composée à 51% d’hommes.
La population déplacée est composée à 49% de femmes.
65% de la population est composée d’enfants de moins de 18 ans.
Les personnes de plus de 60 ans représentent 3% des déplacés.
45% des ménages déplacés vivent au sein de communautés hôtes, 22% vivent dans des sites spontanés, 15% vivent en location, 14% ont pu réintégrer leurs maisons, 2% dans des centres collectifs et 1% en plein air.

Assessment Report: 
Publicly Available
Assessment Questionnaire: 
Not Available
Assessment Data: 
Not Available
Contact(s): 
Cecilia Mann
cmann@iom.int
Operations(s)/Webspace(s): 
Assessment Date(s): 
с 27 Ноя 2017 по 08 Дек 2017
Frequency: 
Quarterly
Status: 
Report completed
Unit(s) of Measurement: 
Community
Collection Method(s): 
Key Informant Interview
Focus group discussion
Population Type(s): 
Displaced population
IDPs
Refugees
Returnees
Host communities
Cluster(s)/Sector(s): 
Leading/Coordinating Organization(s): 
International Organization for Migration
Location(s): 
Extrême-Nord
Theme(s): 
Internally Displaced People (IDPs)
Rapid Response to Population Movements
Refugees and Returnees
Disaster(s)/Emergency: 
Sahel Crisis: 2011-2017