Humanitarianresponse Logo

Cluster Sécurité Alimentaire au Mali

  Résumé narratif des causes, du contexte et des principaux problèmes

En phase courante (Octobre-décembre) : Environ 290 740 personnes soit environ 1,54% de la population analysée sont dans un besoin d’assistance alimentaire, tous en phase crise. Celui en phase 2 est estimé à 2 477 873 personnes soit 13,13%.

Analyse projetée (juin à août 2018) Environ 794 743 personnes soit 4,21% de la population dont 775 171 en phase crise et 19 572 en phase urgence. Celui en phase 2 est de 3 298 151 personnes soit 17,47% de la population analysée du pays.

La campagne agricole a été globalement moyenne dans le pays. Toutefois, des poches de mauvaise production dues à l’insuffisance hydrique (pluies, crue) et aux déprédateurs notamment dans le sahel occidental, le delta intérieur du fleuve Niger ont été enregistrées. Les résultats préliminaires de l’EAC (Enquête Agricole de conjoncture) donnent une production prévisionnelle de 9 514 298 de tonnes toutes céréales confondues) soit une augmentation de 7,5 % par rapport à l’année dernière et de 31% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. 

Les conditions d’alimentation et d’abreuvement du bétail sont moyennes à bonnes dans l’ensemble avec toutefois, des poches de déficit prononcé dans le sahel occidental et par endroits dans les régions de Tombouctou, Gao. Les productions pastorales sont moyennes à bonnes. L’accès à certains pâturages des zones exondées des régions de Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka et du nord de celles de Ségou, Mopti reste difficile à cause de l’insécurité persistante.

Les perspectives de production halieutique sont moyennes à mauvaises à cause de la faiblesse de la crue qui n’a pas permis une bonne inondation des frayères.

Le fonctionnement des marchés est satisfaisant dans l’ensemble avec cependant, des perturbations de flux liées aux actes d’insécurités dans les régions du Nord du pays et le Nord de celles de Ségou et Mopti. L’approvisionnement des marchés en denrées alimentaires est suffisant dans le pays même si une baisse des disponibilités physiques est observée dans les zones de mauvaise production. Les prix des céréales en dépit de la baisse saisonnière restent supérieurs à ceux de l’année dernière et à la moyenne quinquennale. Quant aux marchés à bétail, ils sont de plus en plus animés avec le regain des prix du bétail qui sont proches à supérieurs à la moyenne quinquennale. Les termes de l’échange sont dans l’ensemble proches à légèrement supérieurs à la moyenne.

La situation nutritionnelle reste préoccupante dans le pays du fait de l’insécurité alimentaire, de l’insécurité civile et de la prévalence des maladies liées aux mauvaises conditions d’hygiène. La situation est plus critique dans les régions de Tombouctou et de Gao où les taux de malnutrition globale aiguë sont au-dessus du seuil d’urgence de l’OMS. Elle pourra s’améliorer pendant cette période courante, à la faveur des récoltes et de la baisse des prix qui favorise un meilleur accès aux vivres.  Plus de détails sur: http://fscluster.org/mali