Humanitarianresponse Logo

RDC: Nord-Kivu : Profil de zone (situation mensuelle de protection) – mars 2021

 

En mars 2021, l’environnement de protection a été marqué par plusieurs incursions des présumés éléments de
l’Allied Democratic Forces (ADF) dans le territoire de Beni et un activisme des groupes armés devenu accru dans
les territoires de Masisi et de Walikale.

Dans le territoire de Masisi, les activités croissantes des groupes armés, les opérations FARDC et la crise de
confiance entre les éléments FARDC et les populations civiles ont un impact négatif sur la protection des civils
dans plusieurs localités de ce territoire. Les groupes armés occupent actuellement une grande partie des entités
dans la région. La probabilité d’une augmentation des arontements avec des conséquences néfastes sur les populations civiles (déplacements, viols, pillages, etc,) reste élevée.

Dans le territoire de Lubero, des arontements entre deux groupes armés ont été signalés le 19 mars dans le
village Mangiyo (zone de santé d'Alimbongo) et ont poussé environ 108 ménages de 527 individus vers la brousse. Ces ménages ont commencé à regagner progressivement leurs habitations.

Dans le territoire de Beni, les violences armées attribuées aux groupes armés ADF et Maï-Maï se multiplient dans
la majorité du territoire de Beni. Des présumés ADF restent actifs dans les villages situés au Nord, Nord-Est,
Nord-Ouest et Est. Trois attaques et cinq incursions à charge des présumés ADF ont été rapportés à Halungupa
(situé à environ 23 km à l’Est de Beni), Muntobo, Bulongo, Kakalali, Libokora, Kalembo (Nord-Est de Beni) et Makisabo
(zone de santé de Mutwanga) et a Kainana (80 km Nord-Est de Beni) , Bunyondo/Baoba (Nord-Ouest d’Oïcha
à 25 km) et Chanchan (zone de santé d’Oicha). 85 civils ont été tués et 12 enlevés. Des biens ont été pillés, de
même que des maisons et véhicules incendiés.

A Rutshuru, la présence d’un présumé groupe armé Maï-Maï en provenance de Walikale a été signalé dans les
champs vers Kyasenda, dans le groupement de Kanyabayonga (à 133 km au Nord de Rutshuru-centre). Ces
hommes armés tracassent les civils au travers des taxes illicites. Cette situation fragilise la situation de protection
dans cette partie du groupement Kanyabayonga, particulièrement pour les civils qui fréquentent la zone pour
les activités agricoles. Deux cas de viol ont été perpétrés par ces hommes armés dans les champs de Kinyamuyaa,
Kyasenda et Mitero. Toutes ces survivantes ont été orientées dans les délais de 72 heures dans une
structure médicale locale pour des soins.

2245 incidents de protection ont été enregistrés au Nord-Kivu, contre 1.243 en février 2021, soit 1002 incidents
de plus. Les plus nombreux sont : Les extorsions de biens (535), les coups et blessures (412), les pillages
(374), les travaux forcés (206), les viols (76), etc.
1019 incidents ont été commis à Masisi, 599 à Beni, 289 à Lubero, 169 à Rutshuru et 169 à Walikale.

L’analyse des statistiques montre qu’en mars 2021, les tendances de violations sont croissantes avec une hausse de 1002 cas par rapport au mois de février 2021. Cette hausse est due à plusieurs incursions des présumés ADF dans le territoire de Beni, de l’activisme des groupes armés dans les territoires de Masisi et Walikale et le déploiement des moniteurs dans certaines zones de Walikale et Lubero jadis faiblement couvert.

Operation(s) / Espace(s) web: 
Organisation: 
Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés
Cluster(s) / Secteur(s): 
Date de publication initiale: 
05 mai 2021
Type de carte / infographie: 
Infographique