Humanitarianresponse Logo

SITREP CLUSTER SANTE S14

SITUATION SECURITAIRE & HUMANITAIRE

HUB BUKAVU

La persistance de l’insécurité dans le territoire de Shabunda (Zs de Lulingu, Zs de Mulungu). L’insécurité due à l’activisme des groupes armés qui s'illustre par les attaques, les pillages et les violences sexuelles dans cette région forestière pleine des minerais est la cause principale du déplacement des population. C’est notamment le cas du village de Kigulube.A cause d’une accessibilité difficile, les humanitaires ont complètement déserté la zone laissant la population dans une précarité sévère.
Des affrontements armés opposent depuis le 1er avril 2021 le groupe armé Nyatura aux miliciens Raïa Mutomboki dans l’Aire de santé de Mushunguti et les environs allant jusqu’à Chigoma ; précisément dans le groupement de Mubugu, en zone santé de Bunyakiri. Ces affrontements ont causé le déplacement de plusieurs de personnes (estimés à 43 000 personnes) vers les localités voisines de Bushaku, Karasi, Kairenge, Ciriba, Chambombo, Bulambika et Kambegete. Ces déplacements auraient continué jusqu’à la date du 05 avril 2021.

 

HUB GOMA :

Nord Kivu : Pas de rapport

ITURI

Territoire de d’Irumu  :10 535 personnes sont retournées dans l’AS Mwanga (ZS Rwampara) Depuis le 07 avril, particulièrement dans les localités de Mwanga, Magalabo, Ndembo Marabo et Budana.

Selon Mercy Corps, ce mouvement est motivé par l’accalmie observée dans cette AS.

Pour rappel, l’intensification d’exactions de la part des hommes en armes et les opérations militaires dans l’AS de Mwanga avaient poussé au déplacement 21 070 personnes vers Lipri, Tumbabo, Soloya, Ndigadu et Ngongo.

Selon les évaluations UNIRR effectuées le 08 avril à Tchabi, quelque 7 440 PDI ont été enregistrées entre le 26 mars et 08 avril à Sikwaela, Bukima, Tchabi Centre et Bandikidede.

Ce déplacement a été causé par les incursions de présumés ADF à Vido, Bwakadi et Kaina (Beni).

Le bilan initial de ces incidents faisait état 4 civils tués, 15 personnes kidnappées, etc. Parmi ces déplacés, 1170 (234 ménages) retournés :

Ces personnes déplacées et retournées ont besoin d’une assistance en santé, abris, semences(retournées) pour relancer leurs activités agricoles.

 

Territoire Djugu : Déplacement préventif d’environ 80% des 15 000 habitants de l’AS de Fataki vers les alentours de la Base MONUSCO de Djaiba. Certaines populations seraient parties en brousse. Pour cause, l’insécurité actuelle autour de Fataki et Drodro.
Territoire Mambasa : Plus 2 970 personnes déplacées enregistrées depuis le 28 mars à Biakato, Zazia et Bangole (ZS de Mandima) sont en situation des vulnérabilités multisectorielles.

Selon l’ONG FAEVU, ces déplacés sont hébergés dans des conditions de promiscuité et à la portée des intempéries dans les familles d'accueil et les sites spontanés.

Elles sont les victimes des atrocités commises par de présumés ADF dans les villages de de Beu-Manyama, Nzikia, Samboko, Jiananu, Mamutubu, Mangambo Moya (territoire de Beni, province du Nord Kivu).

HUB KALEMIE

Tanganyika :

Accès : Trafic entre Nyunzu et Kalemie a été rétabli Un déplacement préventif des populations majoritairement membres de la communauté Twa est observé depuis le 24 mars de Kabeya-Mukena, Majengo-Mapya et Kibungo vers Kabeya-Mayi. Les déplacés sont répartis en 3 groupes : le groupe du chef Kahite (originaires des villages Kibungo, Kabeya-Mukena, Bateau, Maliangi, Pule, Kati, Biokaba) ; Chef Moïse Mwamba (Kilwa I et II, Mahuya, Mudimbe et Pierre) et celui du Chef Sheinkye. Il s’agit d’un déplacement secondaire des personnes sorties de la brousse en janvier 2021 et qui s’étaient installés sur l’axe Kabeya-Mayi – Kabeya-Mukena. Le mouvement concerne environ 470 ménages.  En Territoire de Kongolo, la zone limitrophe entre Mbulula et Kabambare continue à enregistrer des déplacements  INSO : Incursion des miliciens Twa sur l’axe Kalemie – Kabimba et Kalima – Mudimbe en passant par Kakwala avec des villages complètement vidés. Un plaidoyer pour le SCD est toujours attendu. Le SCD serait planifié du 16 avril au 16 juin à Kalima.

 

HUB KANANGA :

Les provinces de Kasaï et Kasaï Central ont des conflits de limites géographiques dans les territoires de Mweka (province du Kasaï) et Demba (province du Kasaï Central) depuis le démembrement de l’ancienne province du Kasaï Occidental en deux provinces, entre 2015-2016. En particulier, les membres des communautés Kuba (Province du Kasaï) et Lulua (Province du Kasaï Central) se disputent fréquemment depuis cette subdivision administrative, la gestion d’une forêt située entre les territoires de Demba et Mweka ainsi que la gestion de la gare ferroviaire de Bakuakenge.
Ce conflit des limites ayant été déjà à la base d’affrontements entre ces deux communautés au mois d’août 2020, reste latent malgré les recommandations en faveur de la consolidation de la paix entre elles, formulées lors de la Conférence sur la Paix organisée du 09 au 11/10/2020 à Kananga.
Le dernier rebondissement de conflit a été enregistré avec des affrontements sanglants entre populations de ces deux communautés qui se déroulés du 27 au 30 mars 2021, lorsque des « assaillants » en provenance du Groupement Bena Milombe du côté Kasaï central, ont attaqués les populations de Bakwakenge et d’autres localités environnantes du côté Kasaï, provoquant un important mouvement des populations de part et d’autres de la frontière entre les deux province, plus précisément dans les Zones de santé de Kakenge et de Benaleka, selon plusieurs sources concordantes. Selon les sources officielles du Kasaï, environ 36.393 personnes se sont déplacées à la suite de ces affrontements vers les aires de santé situées sur l’axe Bakwakenge – Kakenge, et plusieurs autres personnes, dont les chiffres ne sont pas encore maitrisés, se sont déplacées vers des localités le long de l’axe Bakwakenge – Benaleka, dans la Province du Kasaï central. Les sources officielles font également état de plusieurs personnes tuées de part et d’autre dans le cadre de ces affrontements et d’importantes destructions d’habitations.
Une mission d’evaluation ERM , intersectorielle se rend dans la zone pour une mise a jour de la situation humanitaire en vue d’y apporter une réponse adaptee durant la période du 08vril au 15 avril .

NORD UBANGI :

La situation sécuritaire dans les trois provinces d’accueil des réfugiés (Nord-Ubangi, Sud-Ubangi et Bas-Uélé) est relativement calme sauf imprévu.

Sur le plan humanitaire, les statistiques conjointe CNR- HCR font état de :

173731 anciens réfugiés dont 15363 enfants de moins de 5 ans et,
 51890 nouveau réfugiés dont 12135 enfants de moins de 5 ans,

Répartis dans les provinces de Nord-Ubangi, Sud-Ubangi, Bas-Uélé et Kinshasa.Selon les autorités locales, 92053 nouvelles personnes déplacées fuyant les attaques armées en RCA auraient traversé la rivière Ubangi pour trouver refuge en RDC. Mais à ce jour, seulement 51890 ont été enregistrés par la CNR et HCR. L’enregistrement se poursuit pour combler le gap de 42847 déplacés non encore enregistrés.

Sur terrain, les travaux d’aménagement des sites d’opportunité pour la relocalisation des réfugiés se poursuivent (Modale dans la zone de santé de Wasolo, le site de Dugulu dans la zone de santé de Bosobolo, le site de Goya dans la zone de santé de Monga, et le site de Libenge). En attendant, la majorité des réfugiés vivent dans les abris de fortunes, exposés à toutes formes d’intempéries. Selon HCR, la relocalisation des réfugiés de Yakoma vers le site de Modale pourra intervenir à la semaine du 12 au 18/04/2021
Sur le plan sanitaire, l’accès aux services de santé de base pour les nouveaux réfugiés (soins santé primaires, l’eau potable, latrines hygiéniques, nourriture) reste la principale problématique dans les trois provinces.

Operation(s)/Espace(s) web: 
Organisation(s): 
Organisation mondiale de la Santé
Cluster(s)/Secteur(s): 
Date de publication initiale: 
19 avr 2021
Type de document: 
Bulletin Humanitaire
Bureaux de coordination: 
Bukavu
Goma
Kalemie
Kananga
Kinshasa