Humanitarianresponse Logo

RDC: Sud-Kivu - Rapport mensuel de monitoring de protection - septembre 2019

RESUME

Le mois de septembre 2019 a été particulièrement marqué par la résurgence et l’intensification du conflit intercommunautaire entre la coalition des trois communautés Bafuliru, Banyindu et Babembe et la communauté Banyamulenge. De plus, des cas d’incendies d’habitations sont survenus dans plusieurs territoires de la province du Sud Kivu. 

Ce sont dans les Moyens et Hauts Plateaux de Fizi, limitrophe avec le territoire de Mwenga, que des affrontements entre l’alliance des Mai Mai Bafuliru, Banyindu et Babembe et les milices Banyamulenge Gumino-Twigwaneho ont entrainé des violations multiples (pillage de bétail, incendie de maisons et mort d’hommes).

Dans le territoire de Kabambare, en commune de Salamabila, les milices Mai Mai Malaika ont contraint les responsables de la société minière BANRO au retrait progressif de leur staffs et matériels, à travers des menaces. Une milice de Batwa armés a commis des viols à l’encontre des civils en déplacement de Muzingamaloba, territoire de Kabambare, vers le Sud-Kivu à Lubichako 2 (notamment contre huit femmes Personnes Déplacées Internes - PDIs).

Les territoires de Shabunda et Kabare ont quant à eux connu l’activisme des groupes armés Raiya Mutomboki de différentes factions et des groupes armés Ndarumanga et Maheshe, occasionnant des violations d’un nombre élevé et le déplacement de civils du groupement de Bamuguba sud (Bulumbu et Kigulube) vers Luntukulu, Busolo et Cinda dans le groupement de Mulamba, territoire de Walungu.

En termes de violations des droits humains, 1.457 cas de violations sur 1.035 victimes ont été documentées au cours de ce mois, soit une diminution de 231 cas (- 14%) par rapport au mois d’août. Parmi ces violations, celles du droit à la propriété figurent en bonne place avec 659 cas, soit 45% du total des violations, suivies des violations du droit à la liberté avec 368 cas, soit 25%, du droit à l’intégrité physique avec 320 cas, soit 22%, des cas de violences sexuelles avec 100 cas, soit 7% et les conflits fonciers avec 10 cas, soit 1%. Les cas de violations des droits humains se répartissent comme suit : Shabunda (33%), Mwenga (22%), Kalehe (15%), Fizi (10%), Kabambare (7%), Walungu (7%) et enfin Uvira (6%). Le territoire de Fizi a enregistré un cas de viol de masse touchant huit victimes.

Operation(s)/Espace(s) web: 
Organisation(s): 
Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés
Cluster(s)/Secteur(s): 
Date de publication initiale: 
18 oct 2019
Type de document: 
Rapport de Situation