Humanitarianresponse Logo

OCHA/Nord-Kivu : Rapport hebdomadaire du 30 avril 2014

Faits saillants

  • Des mouvements forcés de population continuent dans le Masisi, plus de 31 000 personnes déplacées et retournées signalées dans la zone de Bibwe
  • 17 500 personnes déplacées, retournées et autochtones vulnérables assistées en articles ménagers essentiels à Masisi et 1 600 autres assistées en vivres à Rutshuru.

Contexte général
La localité de Bibwe, située à environ 55 km au nord de Masisi Centre, dans le Territoire de Masisi, accueille depuis quelques semaines de nouveaux ménages qui fuient les affrontements entre l’armée nationale (FARDC) et le groupe armé Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) survenus en mi-février dans la zone de Nyabiondo. Les évaluations multisectorielles menées du 18 au 21 avril par les équipes de l’ONG Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) dans le cadre du programme de Réponse rapide aux mouvements de populations (RRMP) rapportent l’arrivée d’environ 800 nouveaux ménages déplacés qui s’ajoutent à une population déplacée et retournée de plus de 20 000 personnes. Ces ménages déplacés n’ont bénéficié d’aucune assistance depuis leur arrivée dans la zone à cause de l’insécurité et de l’inaccessibilité par voie terrestre. La dernière assistance, essentiellement en articles ménagers essentiels (AME) remonte au mois de décembre 2013. Outre l’importante présence de déplacés internes, la zone de Bibwe compte plus de 10 500 habitants vivant dans des conditions précaires à cause de la présence de plusieurs groupes armés.

Dans le sud-ouest de Lubero, la population déplore la récurrence de l’extorsion des vivres par des groupes armés qui en plus la contraignent au transport des biens extorqués. Des sources locales rapportent qu’une trentaine de personnes, présumées membres des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), ont extorqué une quantité importante de vivres dans les champs du village de Katanda, sur l’axe Luofu – Mbwavinwa et forcé une dizaine de personnes à transporter leur butin. Parmi ces personnes, il y avait des femmes, dont quatre ont été prises en otage et deux ont été relâchées. Des cas de viol ont été également rapportés et la société civile de Lubero qui déplore la répétition de ces exactions, plaide pour le renforcement de l’autorité de l’état, notamment par le déploiement de l’armée nationale dans la zone.

Operation(s)/Espace(s) web: 
Organisation(s): 
Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies
Date de publication initiale: 
30 avr 2014
Type de document: 
Bulletin Humanitaire
Lieu(x): 
Nord-Kivu
Thème(s): 
Autre
Stratégies provinciales
Conflit
Crise Alimentaire/Nutritionnelle
Bureaux de coordination: 
Beni
Goma