Humanitarianresponse Logo

Tchad : Profil humanitaire de la région du Wadi Fira (janvier 2018)

1. La situation nutritionnelle se détériore. L’enquête SMART de septembre 2017 a révélé une prévalence de 20,5% de malnutrition aigüe globale et 4,8% de MAS (malnutrition aigüe sévère) au dessus des seuils d’urgence de 15% et 2%. Il est important d'intensifier les activités de prise en charge de la MAM et de la MAS et investir dans les actions de développement en réponse aux causes profondes de la malnutrition.
2. La région du Wadi Fira connaît une situation d’insécurité alimentaire persistante. La campagne agricole 2017/2018 a été perturbée par l’arrivée tardive des pluies et une faible pluviométrie qui a entrainé l’assèchement d’une partie des cultures. La mauvaise récolte justifie l’insuffisance de stock alimentaire qui explique l’entrée prématurée de la population en période de soudure. Près de 31,15% de la population (196 293 personnes) se trouve en insécurité alimentaire. Cette situation est exacerbée par la fermeture de la frontière tchado– libyenne qui crée une rareté des produits manufacturés et fait augmenter les prix des denrées alimentaires importées.
3. La région montagneuse du Wadi Fira fait face à une faible capacité en eau potable. Seul 20,5% de la population a accès à l’eau potable. Certaines PMH (pompes à motricité humaine) ne sont pas fonctionnelles due à la faible recharge de la nappe phréatique. La population recourt aux marres et aux puits ouverts qui sont sources des maladies hydriques.
4. L’accès à l’éducation et à la santé reste limité. Dans le secteur de l’éducation, il est notifié une régression de 22,3% de l’effectif des enfants scolarisés en comparaison avec l’année précédente (53 715 écoliers au cours de l’année 2015/ 2016 contre 41 750 écoliers en 2016/2017), et 69 écoles sur 433 dans la région (presque 16%) ne sont pas fonctionnelles suite à la grève des maîtres communautaires. La région est confrontée au sous-effectif d’enseignants qualifiés. Seulement 40% des enseignants sont formés, avec une moyenne d’un enseignant formé pour 184 élèves. En santé, sur 61 centres de santé de la région, seuls 42 centres sont fonctionnels, les autres (19) centres sont dépourvus de personnel et d’infrastructures nécessaires. L’accès est davantage limité en saison pluvieuse où 47% des centres de santé de la région deviennent inaccessibles aussi bien pour les acteurs humanitaires que pour certains habitants de la région.

Espace(s): 
Organisation: 
Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies
Date de publication initiale: 
01 mar 2018
Type de Document: 
Fiche d'Informations
Lieux: 
Wadi Fira
Bureaux de Coordination: 
Abeche
Ndjamena