Humanitarianresponse Logo

Tchad : Profil humanitaire de la région du Sila (janvier 2017)

MESSAGES CLÉS 

L’insécurité alimentaire est chronique et préoccupante. La région du Sila est classée parmi les régions qui connaissent des situations de déficits alimentaires préoccupants. En 2016, près d’une personne sur trois était en insécurité alimentaire dans la région suite à la faible campagne agricole 2015 – 2016 avec une production non satisfaisante de 62% comparativement à la production de 2014. La campagne agricole en cours paraît bonne bien qu’elle reste affectée par l’arrêt précipité des pluies et l’apparition des ennemis des cultures.

La couverture en eau potable reste faible. Le chef-lieu de la région, Goz-Beida, dispose d’un seul château d’eau d’une faible capacité de production destiné à servir une population de 7 000 personnes. Actuellement, ce château dessert 68 000 habitants et ne suffit plus pour satisfaire les besoins de la population qui recourt aux mares et aux puits ouverts insalubres. Cette situation illustre les besoins récurrents en eau potable auxquels est confronté l’ensemble de la région du Sila.

Les solutions durables pour les réfugiés soudanais doivent être renforcées. 63 084 réfugiés vivent dans la région depuis plus de 10 ans et les perspectives de retour semblent peu probables dans l’immédiat en raison de l’insécurité persistante au Darfour. Des projets d’intégration et d’autonomisation ont été mis en place mais ils sont insuffisants. Dans ce contexte, l’intégration des interventions humanitaires et de développement est essentielle afin de couvrir les besoins urgents et réduire les vulnérabilités à moyen et long terme.

L’absence de services sociaux de base a un impact négatif sur la vie des populations. Les systèmes éducatif, WASH et sanitaire régionaux souffrent d’un déficit d’infrastructures et de personnel qualifié. Les centres de santé sont éloignés et les patients doivent parcourir de longues distances variant entre 30 à 40 km pour se faire soigner. L’accès devient encore plus limité en saison pluvieuse en raison de la montée des cours d’eau (ouaddi). La réduction des vulnérabilités immédiates et à moyen et long terme des populations doit se faire à travers un renforcement de la résilience communautaire et institutionnelle

Espace(s): 
Organisation: 
Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies
Date de publication initiale: 
27 jan 2017
Type de Document: 
Fiche d'Informations
Lieux: 
Sila