Humanitarianresponse Logo

Lake Chad Basin Humanitarian Snapshot as of 27 April 2020 [EN/FR]

The COVID-19 outbreak is rapidly spreading throughout the Lake Chad Basin countries with the potential to wreak havoc on their fragile health systems. Meanwhile, armed attacks are escalating in many localities, uprooting thousands of people and
prolonging displacement and adversity faced by millions of civilians across the region. Violence continues to traumatize populations and to disrupt relief operations. Over 2.7 million people have fled their homes – finding themselves under physical and
emotional strain, lacking shelter, food and adequate access to clean water, hygiene and basic sanitation – all of which makes them more vulnerable to the pandemic. While food insecurity is on the rise due to increasing attacks and insecurity, the COVID-19
pandemic is aggravating the situation as the closure of markets, borders and imposition of measures such as curfews will further impact livelihoods and access to food. Currently, 3.6 million people are severely food insecure in the region, a number that was
already expected to increase to 4.6 million during the lean season of 2020, without taking into consideration the impact of COVID-19. Malnutrition in conflict-affected areas risks deteriorating fast. 400,000 children are at risk of severe acute malnutrition. All
schools have been temporarily shut down to prevent the spread of COVID-19 in the region, in a context where more than 1,000 schools were already closed due to insecurity. The compounded crises risk devastating the region, putting millions at risk and
require an urgent scale-up of support and resources. As of late April 2020, only 8 per cent of the US$1.5 billion needed for the response was received.
 

 

La pandémie de COVID-19 se propage rapidement à travers les pays du bassin du lac Tchad, risquant de dévaster leurs systèmes de santé déjà fragiles. Parallèlement, les attaques armées se multiplient dans de nombreuses localités, forçant des milliers de
personnes à fuir et prolongeant les déplacements et l'adversité auxquels sont confrontés des millions de personnes dans la région. La violence continue à traumatiser les populations et à perturber les opérations humanitaires. Plus de 2,7 millions de personnes ont
été contraintes de fuir et sont particulièrement vulnérables face à la pandémie en raison de leur stress émotionnel et physique, du manque d'abris, de nourriture et d'accès à l'eau potable, à l'hygiène et aux installations sanitaires de base. Alors que l'insécurité
alimentaire augmente en raison de la multiplication des attaques et de l'insécurité, la pandémie de COVID-19 aggrave la situation, car la fermeture des marchés et des frontières et l'imposition de mesures telles que les couvre-feux auront un impact supplémentaire
sur les moyens de subsistance et l'accès à la nourriture. Actuellement, 3,6 millions de personnes se trouvent en situation d’insécurité alimentaire sévère dans la région, un chiffre qui devrait augmenter à 4,6 millions pendant la période de soudure de 2020, sans tenir
compte de l'impact du COVID-19. La malnutrition dans les zones touchées par les conflits risque de se détériorer rapidement. Près de 400 000 enfants sont menacés de malnutrition aiguë sévère. Toutes les écoles ont été temporairement fermées pour empêcher la
propagation du COVID-19 dans la région, alors que plus de 1 000 écoles étaient déjà fermées en raison de l'insécurité. Ces crises menacent de dévaster la région, mettant en danger des millions de personnes et nécessitent une augmentation urgente des ressources.
Fin avril 2020, seuls 8 % des 1,5 milliard de dollars US nécessaires à la réponse ont été perçus.
 

 

Organización(es): 
Oficina de Coordinación de Asuntos Humanitarios de las Naciones Unidas
Fecha de publicación original: 
04 Mayo 2020
Tipo de mapa / infografía: 
Panorama humanitario
Tema(s): 
COVID-19
Centros de coordinación: 
Bureau Régional pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre