Humanitarianresponse Logo

Cadre Harmonisé d’identification et d’analyse des zones à risque et des populations vulnérables au sahel et en Afrique de l’Ouest (CH) N’Djamena, 06-11 Mars 2017

Résultats de l’analyse consensuelle de la situation de l’insécurité alimentaire aiguë actuelle  

Valable pour : Mars- août 2017

Créé le : 11 Mars 2017

Résumé narratif des causes, du contexte et des principaux problèmes

• La production céréalière définitive de la campagne agricole 2016/2017 est estimée 2 873 660 tonnes. Elle est en hausse de 17 % par rapport à l’année dernière (2 452 528 tonnes) et de 13,6% par rapport à la moyenne quinquennale (2 530 630 tonnes). Les productions du mil et du maïs enregistrées au niveau national sont en hausse respectivement de 20% et de 19,6% par rapport à la moyenne de cinq dernières années. Toutefois, certaines régions ont enregistré une baisse de la production céréalière, notamment la Tandjilé (-15%) et le Wadi Fira (-5 %).

• Les marchés des produits alimentaires, sont bien approvisionnés grâce à la production céréalière excédentaire de la campagne 2016/17. A l’exception du Lac, soumis à des restrictions sécuritaires limitatives, les flux se comportent comme en année normale. Les prix des céréales sont en baisse par rapport à ceux de la moyenne des cinq dernières années. La tendance baissière se maintient sur les prix du sorgho à Mongo au Guera (-17 pourcent), Kyabé dans le Lac Iro (-35 pourcent) et Moïssala au Bahr Sara (-45 pourcent) comparée à la moyenne quinquennale. Les commerçants profitent des prix favorables pour renforcer leurs stocks prévisionnels. Une timide reprise de la hausse de prix du maïs à Ngouri avec une légère augmentation de 6 pourcent a été enregistrée. Cette tendance est aussi observée pour le prix de bétail à cause de l’insécurité qui affecte la fluidification des échanges entre le Tchad et le Nigeria et la dépréciation de la monnaie nigériane (Naira). La crise économique qui persiste dans le pays continue de figer la demande saisonnière à de bas niveaux par rapport à une année normale sur la presque totalité des marchés céréaliers malgré leur fonctionnement normal. La fermeture de la frontière libyenne (entre le 5 janvier et le 28 février 2017) a davantage impacté négativement l’approvisionnement des marchés des régions du BET, Wadi Fira, Ouaddai , BEG et Kanem. Comparés à une année normale, ces marchés vivent une réelle hausse des prix des produits alimentaires manufacturés, malgré l’ouverture d’un couloir de passage.

Sitio(s): 
Organización: 
Permanent Interstate Committee for Drought Control in the Sahel
Organización de las Naciones Unidas para la Alimentación y la Agricultura
Programa Mundial de Alimentos
Famine Early Warning Systems Network
CARE International
OXFAM
Acción contra el Hambre
Catholic Relief Services
Fondo de las Naciones Unidas para la Infancia
Concern Worldwide
Save The Children
Agencia para la Cooperación Técnica y el Desarrollo
United States Agency for International Development
Federación Internacional de Sociedades de la Cruz Roja y de la Media Luna Roja
European Union
Government of Chad
Fecha de publicación original: 
28 Mar 2017
Tipo de documento: 
Reporte de análisis
Localizaciones: 
Chad
Centros de coordinación: 
N'Djaména
Catastrofes: 
Sahel Crisis: 2011-2017