Humanitarianresponse Logo

Accès humanitaire au Mali - janvier à avril 2020 : Nécessité d’adaptation aux dynamiques locales

Introduction

L’accès humanitaire au Mali est tributaire de contingences liées à des facteurs humains et/ou des facteurs climatiques. La crise née au Mali depuis 2012 continue de favoriser l’insécurité dans les régions du centre et du nord du pays du fait de conflits et affrontements multiformes. A côté de ceci plusieurs régions deviennent difficiles d’accès à cause des inondations pendant la période d’hivernage. 
Selon le plan de réponse humanitaire 2020, 8,2 millions de personnes sont impactées par la crise au Mali dont 4,3 dans le besoin humanitaire. En tenant compte de ses capacités opérationnelles, de la priorisation des besoins et de l’accès humanitaire, la communauté humanitaire cible 3,6 millions de personnes. 
L’accès humanitaire est eu cœur de la réponse humanitaire. A cet effet, OCHA a mis en place en 2019 un exercice de suivi de l’accès humanitaire axé sur l’expérience capitalisée au cours d’une période donnée, de trois groupes d’acteurs humanitaires que sont les ONG nationales, les ONG internationales et les Agences, Fonds et Programmes du système des Nations Unies. Dans cet ordre d’idée, trois rapports sur l’accès humanitaire ont été produits en 2019.
Ces rapports permettent de disposer d’indications générales du type et du niveau de difficultés d’accès humanitaire par zone donnée, ainsi que par type d’organisation, de programme/projet et de fournir une source de suivi des tendances en matière d’accès, en complément à d’autres sources comme le suivi des incidents et les discussions bilatérales.

En 2019, les consultations régionales (Gao, Kidal, Ménaka, Mopti, Ségou et Tombouctou) réalisées chaque trimestre dans le cadre de cet exercice montrent que les contraintes d’accès humanitaire et leur intensité varient en fonction de l’environnement et des dynamiques locales spécifiques. Les principales contraintes d’accès sont les conflits armés, les engins explosifs improvisés, la criminalité et les conflits intercommunautaires, y compris les contraintes physiques, notamment le mauvais état des infrastructures (routes et ponts). 
Les rapports de 2019 montrent par ailleurs que les acteurs humanitaires ne sont pas spécifiquement visés par la violence à connotation politique ou idéologique même s’ils peuvent subir les effets collatéraux. D’autres facteurs observés qui impactent négativement l’accès sont entre autres le vol ou les menaces de détournement de l’aide et l’intimidation des acteurs humanitaires.

Ce premier rapport de l’année 2020 sur l’accès humanitaire couvre la situation de vécue par les ONG nationales, les ONG internationales et les AFP du système des Nations Unies sur la période de janvier à avril 2020. La période considérée est marquée par l’apparition de la pandémie de la COVID-19. Par conséquent, plusieurs discussions de groupes ont été virtuelles pour se conformer aux mesures barrières recommandées dans le cadre de la lutte contre cette pandémie.
En plus des discussions de groupe réalisées avec les acteurs humanitaires, des discussions sur l’accès des bénéficiaires à l’assistance humanitaire ont été réalisées avec quelques groupes de personnes déplacées internes, des représentants des communautés hôtes et des leaders communautaires, y compris des élus locaux.

Operacione(s)/Espacio(s) web: 
Organización(es): 
Oficina de Coordinación de Asuntos Humanitarios de las Naciones Unidas
Fecha de publicación original: 
16 Jul 2020
Tipo de documento: 
Reporte de análisis
Tema(s): 
Rendición de cuentas a la población afectada
COVID-19
Capacity Building
Coordinacion civil - militar
Comunicación con las comunidades
Comunicación con la población afectada
Conflicto
Coordinación en el terreno
Acceso humanitario
Asistencia humanitaria
Gestión de información
Información pública e incidencia
Centro de coordinación: 
Bamako
Bureau Régional pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre
Gao
Mopti
Tombuctú
Desastre(s)/Emergencia(s): 
Central Sahel Crisis - 2019