Humanitarianresponse Logo

Situation sécuritaire et Humanitaire

La situation sécuritaire est restée globalement calme dans les provinces de Kasaï̈, Kwango et Kwilu au cours de ce mois d’octobre 2020

Toutefois quelques faits saillants doivent être signalés :
Un calme précaire règne pour le moment dans le groupement de Bakwakenge, Territoire de Mweka, depuis les conclusions de la conférence sur la paix dans la zone, organisée à Kananga du 09 au 11/10/2020, et ayant conclu à l’appartenance de la localité et gare de Bakwakenge à la Province du Kasaï. Toutefois, les sources locales renseignent la persistance d’un climat d’antagonisme et d’intolérance au niveau local entre les membres des communautés rivales Lulua et Kuba, notamment sur la question d’exploitation champêtre.

Toujours à Mweka, un conflit de succession a régné dans le Groupement Mpianga, à la suite du décès du chef régnant au nom de Imbwang. La rivalité autour de la succession oppose deux protagonistes, dont l’un est le neveu au Chef défunt et l’autre serait membre de la lignée maternelle du premier mais qui revendique le pouvoir en vertu de la coutume.
  Des affrontements entre les populations des villages de deux rivaux ont eu au cours du mois d’octobre et, selon les sources locales, environ vingt-sept (27) maisons ont été incendiées lors de ces affrontements.
Un mouvement préventif des populations des deux villages par crainte de poursuite d’attaques et de représailles a été signalé, mais dont la majorité des ménages concernés est déjà retournés dans leur village.

Mouvement de Populations.

Du côté de la frontière du Kasaï avec l’Angola, aucun incident n’a été récemment noté bien que les expulsions continuent. Les chiffres officiels de la DGM renseignent 1.978 personnes expulsées au cours du mois d’octobre 2020, par la porte de Kamako, dont 227 femmes et 126 enfants et parmi lesquels certaines sources renseignent des cas de malnutritions et des blessés graves. 2.656 personnes ont été expulsés de l’Angola par la porte de Kamako au cours du mois de septembre 2020, toujours selon la DGM.
Ces expulsés arrivent complètement dépouillés de tout et généralement sans document d’identité, ce qui les exposent aux tracasseries et autres types d’incidents de protection dans la communauté d’accueil et limite l’accès des enfants à certains services sociaux de base, dont l’éducation.
 Le manque d’opportunité pour la réinsertion socioéconomique de ces nombreux jeunes expulsés dans leur communauté d’accueil, les poussent à repartir en Angola à leur risque et péril, pour y reprendre leurs activités et/ou y trouver des meilleures opportunités de gagner leur vie.

Important défi d’accès pour les humanitaire au Kasaï̈ avec la rupture du pont métallique sur la rivière Kasaï̈, dans la ville de Tshikapa.

Toute une moitié́ de ce pont métallique d’une longueur de 150 m, assurant la traversée sur la rivière Kasaï qui sépare les communes de Kele et le centre- ville dans la ville de Tshikapa, s’est écroulée le vendredi 23/10/2020, lorsqu’un véhicule en provenance de Kananga et dont le poids est estimé à plus de 20 tonnes traversait sur ce pont. La vétusté de ce pont d’une capacité de 25 tonnes, construit il y a plus de 60 ans est à la base de sa rupture selon les autorités.

Avec cette rupture, une contrainte de taille s’impose désormais aux interventions humanitaires au Kasaï, dans la mesure où le mouvement des véhicules de la ville de Tshikapa vers les principales zones de santé où les interventions humanitaires sont encore en cours est stoppé. Ainsi, l’accès humanitaire vers les zones de santé de Kamwesha, Mutena, Kalonda Ouest, Ndjoko Punda, et Luebo est sérieusement pénalisé.

Coordination

  1. Réunion mensuelle du cluster sante (prochaine réunion 19.11.2020)
  2. Réunion des comités des alertes
  3. Participation aux réunions inter-cluster du hub

Difficultés

  1. Difficiles remontées des activites des partenaires
  2. Faible adhésion des partenaires au remplissage des 5W

 Situation Epidemiologique

Cholera

  1. 19 cas suspects de choléra notifiés cette semaine dans le Grand Kasaï, 01 décès, létalité 5.3%
  2.  1009 cas suspects dont 70 Décès depuis le début de l’année soit une létalité de 6,9 % 

Rougeole

Dans l’ensemble on note une diminution des cas dans le grand Kasaï. Le foyer actif du Sankuru tant à s’éteindre.

Paludisme

81701 cas de paludisme et 81 décès soit une létalité de 0,1% durant la S44.

SSA : Aucune attaquée signale cette semaine