Humanitarianresponse Logo

HNO Niger - Aperçu des besoins humanitaires 2015 (Décembre 2014)

PRINCIPAUX PROBLÈMES HUMANITAIRES   
1.1 L’insécurité alimentaire
L’insécurité alimentaire continue d’être préoccupante, malgré les mesures d’atténuation mises en place par le Gouvernement et les acteurs humanitaires. La faible capacité de production et l’insuffisance des revenus de nombreux ménages limitent leur accès aux vivres, d’où la nécessité de poursuivre l’assistance humanitaire tout en recherchant des solutions durables pour renforcer leur résilience.

La vulnérabilité des Nigériens à l’insécurité alimentaire trouve ses origines dans la pauvreté structurelle de certains groupes sociaux, dans les déficits céréaliers et fourragers enregistrés régulièrement depuis quelques décennies. Même en période de « bonne année » de production agricole, entre 3 et 4 millions de personnes sont dans une situation de vulnérabilité telle qu’elles requièrent une assistance humanitaire. En 2015, tout comme en 2014, environ 4.2 millions de personnes seront en insécurité alimentaire.

1.2 La crise nutritionnelle
Les résultats de l’enquête nutritionnelle SMART publiés en septembre 2014 révèlent encore un taux de malnutrition aigüe globale (MAG) de 14,8 % proche du seuil d’urgence de 15% défini par l’OMS. Ce taux est supérieur à celui de la précédente enquête conduite en 2013 qui indiquait un taux de MAG de 13,3%. L’assistance nutritionnelle a permis de sauver la vie de centaines de milliers d’enfants. Cependant, la détection précoce des cas de malnutrition et l’augmentation de la capacité de prise en charge des structures sanitaires, fortement appuyées par les organisations humanitaires, ont accru le nombre d’enfants  accueillis et traités dans les centres de récupération nutritionnelle.

Au 26 octobre 2014, sur une cible de 356 324 enfants souffrant de malnutrition aigue sévère (MAS) et 649 557 soufrant de malnutrition aigue modéree (MAM), respectivement 303 167 cas sèvères et 360 056 cas modérés ont été admis dans les centres de prise en charge (Hypothèse de planification suite à une analyse rigoureuse des données disponibles au niveau sectoriel - SMART 2014).

En 2015, selon les estimations du cluster nutrition 1 319 934 personnes souffriront de malnutrition parmi lesquelles 366 858 MAS et 928 315 MAM.

1.3 Les mouvements de populations
L’instabilité dans certaines régions du Nigéria et du Mali a occasionné des flux importants de réfugiés et de retournés nigériens ; Le UNHCR prévoit un chiffre de planification de 44 000 réfugiés maliens (anciens et nouveaux réfugiés) pour 2015. La dégradation de la situation sécuritaire au nord-est du Nigéria engendre un afflux continu de population alors que la capacité d’absorption des communautés hôtes est saturée.

Le Gouvernement et les acteurs humanitaires estiment que le nombre de personnes déplacées, de refugiés et de retournés, en provenance du Nigéria atteindra 105 000 en 2015 (Gouvernement du Niger).
Les zones du pays dans lesquelles s’installent ces personnes sont elles-mêmes souvent confrontées à des défis liés à un accès limité aux vivres et aux services sociaux de base. Les besoins d’assistance humanitaire à ces personnes ainsi qu’aux communautés qui les accueillent persistent et risquent de s’accroitre en 2015 si l’instabilité au Nigéria, au Mali et en Libye devait perdurer, et si le retour de quelques milliers de migrants irréguliers vivant en Algérie se concrétisait. Aussi, de par sa position géographique, le nord du Niger est devenu un axe privilégié pour bon nombre de migrants économiques refoulés de force d’autres pays, ou en transit principalement vers la Libye et l’Algérie dans l’espoir, pour la plupart, de se retrouver en Europe. Ces personnes, du fait de leur extrême vulnérabilité continueront d’être prises en charge par les autorités avec le concours des acteurs humanitaires.

Parmi les 2 249 femmes identifiées comme vulnérables dans l’ensemble des ménages déplacés et hôtes, une grande proportion sont allaitantes (68%) ou enceintes (20%, parmi lesquelles 66 mineures) selon les résultats de l’enquête de profilage réalisée par l’OIM entre août et septembre 2014 auprès des communautés déplacées du Nord Nigéria et leurs communautés d’accueil à Diffa (sud-est du Niger).

1.4 Les épidémies
Les épidémies affectent chaque année des milliers de personnes au Niger. En 2014 des cas de choléra ont touché 6 régions sur les 8 que compte le pays. Selon l’OMS, au total 1 749 cas ont été enregistrés au 16 novembre 2014, contre 589 cas à la même période en 2013, soit une détérioration de la situation en dépit de nombreuses actions de prévention et de réponse entreprises par les acteurs du secteur Santé, Eau Hygiène et Assainissement. Cette situation est aggravée par celle du Nigéria voisin qui a notifié en 2014 un total de 35 732 cas de choléra. D’autres épidémies telles que la rougeole et le paludisme continuent de sévir (UNICEF Cholera SitRep for West and Central Africa, N. 45). La notification de 15 346 cas de maladie à virus Ebola en Afrique de l’ouest, y compris dans les pays voisin du Niger et sa déclaration par l’OMS comme une "urgence santé publique de portée internationale", exige des actions importantes de prévention et de préparation, qui passent entre autres par le renforcement de la sensibilisation et des capacités des structures sanitaires et des laboratoires et l’application du règlement sanitaire international. L’amélioration des conditions d’hygiène et d’assainissement, la poursuite des campagnes préventives et le renforcement des capacités opérationnelles des structures sanitaires sont d’une importance capitale pour réduire la mortalité et la morbidité évitables, liées aux épidémies.
 
1.5 Les catastrophes naturelles
Les défis humanitaires causés par les catastrophes naturelles sont liés soit à l’insuffisance des eaux de pluies, soit à leur abondance. Celles-ci se traduisent ainsi par des épisodes de sécheresse et d’inondations localisés affectant ainsi des milliers de familles. Toutefois, il est à noter que des initiatives pour le renforcement des capacités de résistance des ménages se poursuivent et ont permis de réduire cette année le nombre de ménages touchés par les inondations. Les besoins des communautés qui restent affectées par les inondations doivent être couverts tout en poursuivant les actions pour la réduction des risques et le developpement de moyens de résilience.

En 2014, le Niger a enregistré des inondations ayant fait 68 483 sinistrés dont 36 morts (UNOCHA). Plus de 2 800 hectares de superficies emblavées ont été endommagés contre environ 166 000 personnes et 6 872 ha de champs de cultures en 2013.

Organization(s): 
United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Original Publication Date: 
11 Dec 2014
Document type: 
Humanitarian Needs Overview
Location(s): 
Niger
Disaster(s)/Emergency: 
Sahel Crisis: 2011-2017