Humanitarianresponse Logo

Sahel 2017 : Aperçu des besoins humanitaires et des fonds requis pour la réponse (FR/EN)

Au Sahel, l’extrême pauvreté, les changements climatiques, les conflits armés et l’insécurité menacent la vie de millions de personnes qui sont déjà très vulnérables. Ces moteurs interdépendants sont à l’origine de niveaux structurels, chroniques et aigus élevés de la vulnérabilité dans la région. Là où le cycle saisonnier chronique est brisé, des progrès et réalisations sont visibles. Là où le conflit frappe, les gains durement acquis sont rapidement perdus et de nouveaux défis apparaissent.

PAUVRETÉ EXTRÊME

La pauvreté touche une personne sur deux, faisant de la région du Sahel l’une des plus pauvres au monde. Les huit pays couverts dans ce document sont en dessous du niveau de pauvreté moyen en Afrique subsaharienne. Quatre des pays figurent parmi les dix derniers du classement de l’Indice du développement humain. Le manque d’opportunités économiques, en particulier pour les jeunes, combiné à la faiblesse des services de base et l’absence de filets sociaux rendent les communautés plus vulnérables à l’insécurité alimentaire, la malnutrition et les maladies.

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE TOUCHE LES PLUS VULNÉRABLES

La région est l’une des zones sensibles aux changements climatiques dans le monde. L’imprévisibilité croissante de la météo, les sécheresses et les inondations fréquentes et la dégradation des terres menacent les moyens de subsistance d’une population dont la majorité dépend de l’agriculture pour survivre. Bien que la région ait contribué le moins aux émissions mondiales de carbone, elle paie un prix élevé pour les conséquences du changement climatique causé par l’homme. Les experts identifient le Tchad, le Niger et le Nigeria parmi les pays à «risque climatique extrême», et tous les autres pays du Sahel à «risque élevé». Au cours des deux dernières décennies, le début de la saison des pluies est devenu de plus en plus irrégulier et les quantités de précipitations annuelles variables, avec des périodes de sécheresse plus longues. Les températures moyennes ont augmenté. Avec des chocs climatiques plus fréquents, les ménages vulnérables sont moins en mesure de faire face aux crises et de lutter pour se relever à temps, avant d’être frappés à nouveau. S’il n’est pas adressé, le changement climatique continuera de menacer la sécurité alimentaire, la santé et l’état nutritionnel de millions de personnes. Selon les experts, si les tendances ne changent pas, en 2050, l’Afrique ne pourra répondre qu’à 13% de ses besoins alimentaires.

INSTABILITÉ ET RADICALISATION

L’augmentation de la violence, des conflits et de l’insécurité au cours des dernières années a détruit les moyens de subsistance et poussé des millions de personnes hors de chez elles. La crise en Libye, la profonde instabilité au nord du Mali et l’escalade de la violence liée à Boko Haram ont eu un impact dévastateur. Dans le Sahel, près de 5 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leurs propres pays, de réfugiés et de retournés sont affectés par les déplacements, exacerbant une situation humanitaire déjà fragile. Autour du bassin du lac Tchad en particulier, les besoins ont considérablement augmenté. La vaste étendue du Sahel traversant le continent est de plus en plus utilisée comme voie de passage par les réseaux criminels et les trafiquants. Les voies commerciales et migratoires ancestrales sont aujourd’hui souvent utilisées pour la contrebande de drogues, de migrants, ou de produits illicites, comblant le vide causé par les conflits, une gouvernance faible et l’absence de coopération transfrontalière.

Organization(s): 
United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Original Publication Date: 
24 Dec 2016
Document type: 
Humanitarian Needs Overview
Coordination hub(s): 
Bureau Régional pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre
Disaster(s)/Emergency: 
Sahel Crisis: 2011-2017