Humanitarianresponse Logo

RDC: Nord-Kivu: Note d'analyse sur la protection des civiles dans les territoires de Masisi et Rutshuru (Nov. 2019)

Situation de protection par secteur d’activité

Violences sexuelles et basées sur le genre :

La période de janvier à septembre 2019, a été marquée par une recrudescence des incidents de VBG dans les territoires de Masisi et de Rutshuru. Durant cette période, 1926 cas de VBG ont été assistés dans 4 zones de santé de Masisi tandis que Rutshuru comptabilisait 1441 cas3 assistés. Au troisième trimestre de l’année 2019, les seuls rapports4 de MSF Belgique sur les zones de santé de Masisi et de Mweso indiquaient 579 cas de VBG, dont 99 cas affectant des mineurs, pris en charge et dont la grande majorité des auteurs sont des porteurs d’armes.

Protection de l’Enfance :

Selon l’analyse du sous cluster protection de l’enfant, un nombre de plus en plus croissant d’enfants qui sortent des groupes armés a été observé.

Dans le territoire de Rutshuru, au cours de cette année, le nombre de EAFGA qui ont été identifiés et pris en charge par les acteurs de protection de l’enfant étaient de 25 enfants en moyenne par mois de janvier à octobre 2019, atteignant un total de 242 enfants depuis le début de l’année. Avec l’intensification de la traque des groupes armés et les affrontements continus, les mois d’aout et septembre ont connu un nombre plus élevé d’EAFGA5, avec plus de 40 EAFGA pris en charge chaque mois pour cette période.

Du coté de Masisi, le nombre EAFGA identifiés ou pris en charge par les acteurs de protection de l’enfant était de 52 enfants en moyenne par mois de janvier à octobre, avec un total de 514 EAFGA identifiés et pris en charge depuis le début de l’année. Avec l’intensification de la traque des groupes armés et les affrontements, les mois d’avril à juin ont connu un nombre plus élevé des EAFGA, avec plus de 300 EAFGA pris en charge seulement pour cette période. De plus, les enfants représentent en moyenne 60,5 % des PDI et au cours des déplacements, ils restent exposés à des risques accrus de séparations familiales et de violences variées.

Depuis le début de l’année, 205 ENA/ES ont été identifiée et prise en charge, dans l’ensemble du territoire de Masisi. En ce qui concerne le territoire de Rutshuru, en moyenne 10 ENA/ES par mois ont été identifiés et pris en charge, avec une augmentation sensible en mai, juillet, aout et septembre, due aux affrontements et mouvements des populations.

Lutte anti-mines

Des risques élevés d’accidents liés aux Restes Explosifs de Guerre (REG) : La forte militarisation des 2 territoires concernés par l’analyse, expose les communautés locales et les personnes internes déplacées à des risques liés aux restes explosifs de guerre.

Dans tout le Petit Nord, les territoires de Masisi et Rutshuru sont reconnus comme ceux affectés par la pollution en REG. Aujourd’hui, il est difficile pour les populations touchées par les conflits armés de mener leurs activités quotidiennes sans risque de menaces associées à ces engins non explosés et aux Armes Légères et Petits Calibres (ALPC), sans savoir comment signaler, prévenir et atténuer leurs effets négatifs.

Durant les 3 derniers mois (aout-octobre 2019), le groupe de travail Lutte anti-mines a enregistré 4 alertes liées aux REG à Masisi et 14 alertes du coté de Rutshuru. Les zones les plus affectées sont Sake et Kashebere pour le territoire de Masisi et Tongo, Nyamilima, Rushige, Kabaya, Kitchanga, Kiwannja, Kanombe, Nyanzale, Kalengera, Rumangabo et Rugari, du côté de Rutshuru.

Logement, terre et propriété

Les difficultés d’accès à la terre et au logement pour les populations en déplacement : Les territoires de Masisi et de Rutshuru sont beaucoup plus concernés par les catégories liées à la limitation d’accès aux champs dans les zones occupées par les groupes armés ; les évictions forcées/ déguerpissements ou à la spoliation des terres cultivables.

Durant les trois premiers trimestres, le groupe de travail en charge des problèmes d’accès au Logement, Terre et Propriété a documenté et traité 5082 conflits fonciers en lien avec le LTP dans tout le Nord-Kivu. 669 conflits fonciers documentés et traités dans les zones de santé de Rutshuru et Binza (territoire de Rutshuru) ainsi que 98 conflits à Mweso (Masisi).

Operation(s)/ Webspace(s): 
Organization(s): 
United Nations High Commissioner for Refugees
Cluster(s)/Sector(s): 
Original Publication Date: 
16 Dec 2019
Document type: 
Analysis Report