Humanitarianresponse Logo

OCHA/Nord-Kivu : Rapport hebdomadaire du 19 novembre 2014

Faits saillants

  • Quatre personnes tuées dans une attaque à l’arme blanche à Manzati, dans le Territoire de Beni
  • Environ 6 000 écoliers du primaire et secondaires au nord de Beni risquent de perdre l’année scolaire 2014-2015 en raison de l’insécurité
  • Plus de 6 000 personnes déplacées et autres vulnérables assistées en vivres, articles ménagers essentiels et en eau, hygiène et assainissement au nord de Beni.

Contexte général

Le village de Manzati, près d’Eringeti dans le Territoire de Beni, s’est vidée de sa population à la suite d’une attaque dans la nuit du 14 au 15 novembre par des hommes munis d’armes blanches. L’attaque a causé quatre morts et un blessé. La population déplacée s’est dirigée vers Kaynama, au nord-ouest de Beni à la limite de la Province Orientale.

5 948 élèves des écoles primaires et secondaires des localités situées entre Oicha et Eringeti au nord de Beni ne peuvent plus suivre les cours depuis le début du mois d’octobre à la suite de l’insécurité dans la zone.  Des massacres et tueries ont occasionné un déplacement de population. Actuellement, 677 ménages déplacés occupent certaines salles de classe dans ces localités. A la suite d’un compromis avec les autorités scolaires, les ménages déplacés vont chaque fois libérer les salles de classe le matin pour les réoccuper à la fin des cours. En outre, certains parents, en dépit de l’appel lancé par les autorités scolaires à la reprise des cours, hésitent d’envoyer leurs enfants à l’école du fait de leur état de vulnérabilité qui ne leur permet pas de s’acquitter de frais scolaires. La reprise des cours prévue pour le 10 novembre à Oïcha a été très timide, avec une moyenne de 10% d’élèves présents. Quant aux enfants déplacés, ils ne vont pas à l’école.

A Walikale, une trêve aurait été observée au nord de Kibua et au sud de Pinga après des affrontements qui ont opposé l’armée nationale (FARDC) au groupe armé Nduma Defence of Congo (NDC) d’une part, et entre des groupes armés d’autre part. Le dernier affrontement dans la zone de Kibua remonte au 6 novembre 2014 et  avait opposé la coalition des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) – Patriotes résistants congolais (Pareco)  de la Fontaine au NDC de Guidon dans les villages  de Misao et Misoke. Suite à ces combats,  la population a fui vers la brousse, vers Pinga et vers le sud  Lubero (nombre non encore connu). La population risque de graves violations des Droits humains dans ces zones.  

Dans le Territoire de Rutshuru, un mouvement massif de population est observé depuis le 13 novembre suite aux affrontements entre les FARDC et le groupe armé Nyatura FPC. Plus de 2 500 ménages (chiffres à confirmer) de la localité de Bukombo se sont dirigés vers les villages de Muhindo, Rusekera, Kitwayovu, Mulimbi et Kabizo les localités de Buchuli et Butalongola, dans le groupement de Tongo ainsi qu’à Katsiru. D’autres déplacés ont été signalés à la paroisse catholique de Birambizo

 

Organization(s): 
United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Original Publication Date: 
20 Nov 2014
Document type: 
Humanitarian Bulletin
Location(s): 
Nord-Kivu
Theme(s): 
Accountability to Affected Populations
Field coordination
Humanitarian Assistance
Conflict
Coordination hub(s): 
Beni
Goma