Humanitarianresponse Logo

La coordination civilo-militaire dans un environnement humanitaire en RCA

FRANCAIS

Qu’est-ce que la coordination civilo-militaire dans un environnement humanitaire ?

UN-CMCOORD : “Le dialogue et interactions qui sont indispensables entre les acteurs civils et les acteurs militaires dans les situations d’urgence humanitaire pour protéger et promouvoir les principes humanitaires, éviter les rivalités, réduire le plus possible les incompatibilités et, le cas échéant, poursuivre des objectifs communs”.

En République centrafricaine (RCA), il existe des lignes directrices datant du 3 octobre 2017, qui encadrent les activités UN-CMCOORD. Elles s’inspirent de règles et principes globaux mais elles sont plus opérationnelles et spécifiques au contexte de la RCA. Elles couvrent non seulement la coordination avec la composante militaire de la MINUSCA, mais également les composantes police et civile. Elles ont été validées par le Représentant spécial du Secrétaire Général, le Commandant de la Force militaire MINUSCA et la Coordinatrice humanitaire.

Les objectifs généraux de ces lignes directrices

  • Fournir des orientations opérationnelles succinctes et un cadre de liaison clair sur les relations entre les partenaires humanitaires et la MINUSCA;
  • Efficacité dans les activités en renforçant la coordination des activités, en évitant la concurrence et la duplication des tâches et en minimisant les incohérences;
  • Faire respecter les principes humanitaires tout en assurant la préservation de l'accès et de l’espace humanitaire.

Mécanismes de coordination

La coordination civilo-militaire humanitaire doit se faire au plus près des activités humanitaires de réponse et donc au niveau du terrain. Des cellules CMCOORD à Alindao, Bambari, Bangassou, Bangui, Batangafo, Bocaranga, Bossangoa, Bouar, Birao, Bria, Kaga-Bandoro, Obo, Paoua permettent de construire et renforcer un dialogue, traiter les questions immédiates et trouver des solutions localement. OCHA s’engage quotidiennement avec les composantes militaires ou police de la MINUSCA.

Ces cellules sont co-présidées par OCHA (ou son remplaçant) et la MINUSCA (chef des opération G3, U3/U35). Elles rassemblent les partenaires humanitaires (chefs de missions ONGI, Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Agences, Fonds et Programmes de l’ONU, UNHAS, INSO, Comité de coordination des ONGI, clusters logistique et protection), les acteurs militaires et policiers (UNPOL, FPU) de la MINUSCA (à Bangui également EUTM, DETAO), des entités civiles MINUSCA (JMAC, POC), des bailleurs humanitaires et UNDSS.

Selon les localités, les forces de défense et de sécurité interne et des autorités locales participent aussi aux réunions des cellules CMCOORD.

Ces cellules se réunissent chaque semaine ou deux fois par mois selon les localités. Des réunions ad-hoc peuvent être tenues selon les besoins.

La coordination stratégique entre acteurs humanitaires et la MINUSCA se fait par le biais du Coordonnateur Humanitaire et du chef de bureau OCHA, en concertation avec l’Equipe humanitaire de pays (EHP) et le groupe de coordination inter-cluster.

ENGLISH

What is civil-military coordination in a humanitarian context?

UN-CMCoord: “the essential dialogue and interaction between civilian and military actors in humanitarian emergencies that is necessary to protect and promote humanitarian principles, avoid competition, minimize inconsistency and, when appropriate, pursue common goals”.

In Central African Republic (CAR), there are specific guidelines dated 3 October 2017, which provide a framework for UN-CMCOORD activities. These guidelines are based on global rules and principles but are more operational and specific to the CAR context. They refer not only to the coordination with the military component of MINUSCA, but also with the police and civilian components. They were validated by the Special Representative of the Secretary General (SRSG), the Force Commander of the MINUSCA and the Humanitarian Coordinator.

General objectives of the guidelines

  • Provide clear operational guidance and a well-defined liaison framework on the relationship between humanitarian partners and MINUSCA
  • Ensure efficiency by coordinating activities, eliminating duplication of tasks and minimizing inconsistencies
  • Ensure that humanitarian principles are respected, and that access and humanitarian space are protected

Coordination mechanisms

Civil-military humanitarian coordination must take place as close as possible to humanitarian response activities and therefore at the field level. CMCOORD cells in Alindao, Bambari, Bangassou, Bangui, Batangafo, Bocaranga, Bossangoa, Bouar, Birao, Bria, Kaga-Bandoro, Obo, Paoua help build and strengthen  dialogue, address immediate issues, and find solutions locally. OCHA engages daily with MINUSCA's military and police components.

These cells are co-chaired by OCHA (or its designate) and MINUSCA (Head of Operations G3, U3/U35). They bring together humanitarian partners (Heads of Mission of INGOs, the Red Cross and Red Crescent Movement, UN Agencies, Funds and Programs, UNHAS, INSO, INGO Coordination Committee, Logistics and Protection clusters), MINUSCA military and police actors (UNPOL, FPU) - in Bangui also EUTM and the French Operation Support Detachment - MINUSCA civilian entities (JMAC, POC), humanitarian donors and UNDSS.

In certain locations internal security forces and local authorities also participate in CMCOORD cell meetings.

These cells meet weekly or twice a month, according to the location. Ad-hoc meetings may be held as needed.

Strategic coordination between humanitarian actors and MINUSCA is done through the Humanitarian Coordinator and the Head of the OCHA Office, in consultation with the Humanitarian Country Team (HCT) and the inter-cluster coordination group (ICCG).

Coordination civilo-militaire dans un environnement humanitaire

Dans le cadre de son mandat de coordination humanitaire, le bureau OCHA en RCA, a mis en place des mécanismes de coordination civilo-militaire au profit de la communauté humanitaire.
Ces mécanismes ont pour objectif de faciliter l’accès humanitaire, renforcer la sécurité des acteurs humanitaires et leurs activités, et assurer la protection des civils.

Dans certains cas, il peut être nécessaire de recourir aux moyens militaires pour apporter un soutien ponctuel aux activités humanitaires (escortes armées, mesures de dissuasion contre activités criminelles, soutien logistique et infrastructure). La décision de recourir aux moyens militaires doit être prise au cas par cas et doit reposer sur les conclusions d’une évaluation sécuritaire spécifique.
Il est important de rappeler que dans un contexte de conflit tel que celui de la RCA, le manque de distinction claire entre action militaire et assistance humanitaire peut réduire l’espace humanitaire ou menacer la sécurité du personnel humanitaire.
Une coordination civilo-militaire efficace permet d’assurer cette distinction tout en identifiant les domaines ou l’interaction est nécessaire et appropriée.

Le chargé de la coordination civilo-militaire d’OCHA est le point focal humanitaire pour l'interaction entre les organisations humanitaires et les forces armées.
Son rôle est de développer et maintenir un dialogue et une coordination entre la communauté humanitaire et les forces armées (FOMAC, Forces militaires françaises, police, gendarmerie).

Ses taches principales sont les suivantes :

 

  • Facilitation/Coordination/Liaison avec les forces armées.
  • Conseiller la communauté humanitaire sur les questions civilo-militaires.
  • Partage d’information (mandats, capacités et limites de l’action militaire, problématiques humanitaires, situation humanitaire).
  • Promouvoir et s'assurer du respect des principes de l'action humanitaires (neutralité, indépendance opérationnelle) via des sessions d’information ou formations.
  • S'assurer que le recours au soutien des forces armées pour les activités humanitaires se fait de manière appropriée et optimale.
  • Développer une prise de position et des directives civilo-militaires spécifiques au contexte de la RCA, en s’appuyant sur les directives globales existantes.
  • Prendre en compte les besoins et principes humanitaires dans les activités de sécurisation menées par les militaires français et la FOMAC.
  • Faciliter l’accès humanitaire.

Mécanismes:

  • Cellule civilo-militaire (plateforme de coordination et de liaison réunissant les points focaux humanitaires et militaires)
  • Liaison permanente avec les acteurs militaires
  • Groupe de travail civilo-militaire pour la définition d’une position commune sur l’interaction avec les acteurs militaires
  • Formations/ sensibilisation des acteurs militaires et humanitaires
  • Appui à la communauté humanitaire dans son interaction avec les militaires.

Pour toute question ou requête, n’hésitez pas à contacter la cellule CMCoord de OCHA à l’adresse suivante : uncmcoordcar@un.org