Humanitarianresponse Logo

Situation sécuritaire et Humanitaire

Province Kasaï Central 

160 mineurs parmi les 898 victimes de violences sexuelles enregistrés par l’ONG MSF au 3ème trimestre 2020

Au total 898 victimes des violences sexuelles dont 160 mineurs ont bénéficié de la prise en charge médicale et psychologique entre juillet et septembre 2020, selon le rapport de l’ONG MSF dans le cadre du projet de prise en charge des violences exécuté à l’hôpital général de référence de Kananga depuis mai 2017. Au moins 77% des victimes disent avoir été agressées en 2020, principalement par des personnes armées (59,5% des auteurs). Sur les 100% des victimes, seuls 32% (287 personnes) ont accédé aux soins dans un délai inférieur à 72h depuis la date d’agression. Les principales raisons évoquées par les personnes s’étant présentées plus de 72h après l’agression sont : aucune connaissance de traitement (70,5%), distance (13,3%), honte (4,9%), autres (2,4%), etc. Environ 60% des victimes ont été agressées dans le cadre d’une activité quotidienne (travail au champ, déplacement, etc.) ; 26,7% à la maison ; 10,1% à la maison de l’auteur et 5,2% au cours de la migration. Ces agressions étaient associées aux violences telles que : le vol des biens (32,7%), menaces de mort (26,7%), coups et blessures (11,4%), membre de famille tué (9,4%), viol en présence d’autres personnes (7,5%), etc. Le projet de MSF est comme une goutte d’eau dans l’océan qu’est la problématique des violences sexuelles dans le Kasaï Central et la région du Kasaï où très peu d’acteurs interviennent dans l’accompagnement juridique et judiciaire des victimes en plus de la quasi-inexistence d’intervenants dans le volet réinsertion socioéconomique.

Province du Kasaï : bientôt un bac opérationnel sur la rivière Kasaï

Selon les autorités provinciales, un bac sera opérationnel sur la rivière Kasaï d’ici le 06 décembre pour assurer la traversée de la rivière Kasaï, au niveau du beach Dibumba dans la ville de Tshikapa. C’est depuis le 23 octobre que la traversée est difficile à la suite de la rupture du pont Kele. Il s’agit d’un vieux bac initialement prévu pour être installé sur l’axe Tshikapa-Kamako au niveau de la rivière Longatshimu, mais qui était finalement abandonné depuis plusieurs mois par les autorités dans la périphérie de la ville de Tshikapa, faute de moyen pour son acheminement au site prévu. Deux nouveaux moteurs viennent d’être installés sur ce bac en remplacement des premiers complètement pillés lors de son abandon, et des travaux de finition technique sont menées par l’Office des Routes sur le bac, déjà installé au beach prévu pour son fonctionnement, selon le Ministre Provincial en charge des Infrastructures. Le fonctionnement de ce bac va permettre la reprise de l’accès humanitaire vers les zones de santé de Kamwesha, Mutena, Kalonda Ouest, Ndjoko Punda, et de Luebo où sont exécutées la grande majorité d’interventions humanitaires en cours dans la Province du Kasaï. Il permettra également la reprise normale de la circulation des personnes et des biens sur la route nationale n°1, principalement entre la ville de Tshikapa et celle de Kananga.

Alerte santé

Après l’alerte lancée par les Humanitaires lors de la mission multisectorielle menée dans le Territoire de Luiza sur plus de 450 femmes atteintes des mastites et autres patologies mammaires à investiguer. Ainsi, l’OMS a appuyé une mission conjointe avec la Division Provinciale de la santé pour approfondir l’investigation et assurer la prise en charge des malades afin de contribuer à améliorer leur dignité, intégrité physique et minimiser la discrimination sociale.

Prise en charge des cas actifs. En effet, l’OMS avait mis à la disposition de l’équipe un kit d’urgence contenant les antibiotiques, les antiinflammatoires, les analgésiques, le fer. Ainsi la prise en charge dans 4 Aires de santé ( Ndolo, Muzodi, Kalamba Mbuji et Lueta) a été faite pour les Mastites (12 cas), Abcès mammaire (3 cas), Grevasse (20 cas), Engorgement mammaire (10 cas), Ancien cas déjà guéris (8 cas) et Masse mammaire (2 cas). Etant donné la repartition géographique des aires de santé, il faudra une campagne pour espérer toucher le plus grand nombre : recommandation qui a été fait aux Cadres de la zone de santé et aux infirmiers titulaires trouvés lors de l’élaboration du Plan d’Action Opérationnel.

Risque

  1. Recrudescence des conflits intercommunautaires, lutte de territoire, lutte de pouvoir qui risque de replonger la région du Kasaï dans une escalade qui rappelle le conflit du Kamina Nsampu de 2016-2018
  2. Zone enclavée

Priorités

  1. Monitoring de la situation sécuritaire de la province conjointement avec les autres partenaires de la communauté humanitaire (OCHA-UNICEF-OMS, UNHCR et ONGs)
  2. Suivi des activites des réponses COVID19 dans un grand Kasaï faiblement atteint
  3. Suivi de la situation des mastites

Besoins

  1. Financement des activites de partenaires au regard des besoins énormes en matière sante et de nutrition
  2. La situation humanitaire du Sankuru et la Lomami est illisible faute de partenaires opérationnels humanitaires dans des provinces  aux nombreuses épidémies et crises nutritionnelles.
  3. Prise en charge des cas de mastitite.

Coordination

  1. Réunion mensuelle du cluster sante.
  2. Réunion des comités des alertes.
  3. Participation aux réunions inter-cluster du hub.

Difficultés

  1. Difficiles remontées des activites des partenaires
  2. Faible réaction des partenaires face aux différentes demandes du cluster (faible présence de partenaire sur le terrain)
  3. Zone enclavée

 Situation Epidemiologique

Cholera

  1. 65 cas suspects de choléra notifiés cette semaine dans le Grand Kasaï, 07 décès ,letalite 10.8%
  2.  1204 cas suspects dont 90 Décès depuis le debut de l’annee soit une letalite de 8.7 % 
  3. Comme le montre la carte et les données, le Kasai oriental est le principal foyer de l’epidemie avec 58% des cas. Par contre, une flambée est observée au Lomami 

Rougeole

  1. Dans l’ensemble on note une diminution des cas dans le grand Kasai.Le foyer actif du sankuru tant a s’eteindre.
  2. 12192 cas de rougeole et 378 décès depuis le debut de l’année. Le Sankuru est le principal foyer avec 52% des cas du Grand Kasaï
  3. La carte ci-dessus donne la répartition géographique par ZS

Paludisme

  1. Le pauludisme reste la premiere cause de mortalité dans le hub.
  2. 85687 cas de paludisme et 78 décès soit une létalité de 0,1% notifiés à la S47 pour le grand Kasai
  3. Depuis le debut de l’année, 3909990 cas de paludisme et 3997 décès soit une létalité de 0,1% pour les 5 provinces du Grand Kasai. La carte ci-dessous donne la repartition par ZS.

Monkeypox

L’épidémie de MONKEY POX reste active principalement dans la province du Sankuru avec 93% des cas pour le grand Kasaï, mais dans une moindre mesure, la Lomami et le Kasaï central et le kasai.  La réponse à cette épidémie se limite dans ces provinces à la prise en charge médicale des cas et la sensibilisation.

SSA: RAS

ACTIVITES DES PARTENAIRES: RAS